Connexion

Connexion

 



Articles de presse








Questionnaires d’anciens élèves (année du concours : 2015)

Nos anciens élèves ont répondu à un questionnaire sur la PREPA à Sourdun.


  1. Quel est votre sentiment global suite à votre CPGE à Sourdun ?

  2. J’en garde un très bon souvenir. J’ai passé deux années chargées en heures de travail, mais deux très bonnes années, où je me suis fait des amis pour la vie.


  3. Pensez-vous qu’il existe une plus-value particulière dans cette CPGE ? Si oui expliquez :

  4. Oui sans hésitation ! Le plus de la CPGE de Sourdun est sans doute la cohésion entre les élèves (dans des classes à effectif plus que réduit), qui permet de progresser et de réviser ensemble, ce qui est une vraie force d’après moi. La relation professeurs/étudiants est aussi un avantage considérable : ils sont toujours là pour nous donner des conseils, nous soutenir, nous pousser à travailler dans le bon sens : ils s’investissent beaucoup pour notre réussite. (Merci à eux !)


  5. Que recommanderiez-vous aux futurs élèves pour qu’ils réussissent ?

  6. Travaillez efficacement, et ne laissez aucune matière de côté. Apprenez des références précises pour les matières avec dissertations, lisez la presse en anglais/espagnol (ou allemand) mais aussi en français, et pour les maths faites des annales et encore des annales jusqu’à maitriser toutes les notions et formules. Et surtout suivez les conseils des professeurs !


  7. Autres commentaires :

  8. N’hésitez pas à venir à Sourdun, une petite prépa est vraiment un avantage. Aux concours j’ai rencontré des élèves qui avaient eu de moins bonnes écoles que moi alors qu’ils venaient d’une très grande prépa parisienne, et avaient bien sûr passé deux années désastreuses ! Les professeurs s’adaptent aux objectifs de chacun, et vous aiderons à atteindre vos objectifs !

Axelle GUEUDRE promotion 2015 ECOLE INTEGREE : KEDGE BS




  1. Quel est votre sentiment global suite à votre CPGE à Sourdun ?

  2. Avec du recul, je suis plutôt satisfaite de ces deux années à Sourdun. J'ai l'impression d'être plus mature et d'avoir un regard différent sur les choses. De plus, c'est plutôt gratifiant de se dire que l'on a pu survivre à deux années en CPGE.


  3. Pensez-vous qu’il existe une plus-value particulière dans cette CPGE ? Si oui expliquez :

  4. Oui, je pense qu'il existe une plus-value particulière. En effet, être dans un internat d'excellence constitue une bonne transition entre le lycée et le passage aux études supérieures car on est encadré tout en ayant une certaine liberté. De plus, notre rapport avec les professeurs est différent des autres établissements : ils sont plus accessibles et à l'écoute. En outre, l'accès à internet, à une salle de travail, à des cours de soutien et à différents ouvrages nécessaires nous sont facilité. Aussi, entre les élèves, il y a un peu moins de compétition et un peu plus d'entraide que dans les autres établissements. On apprend également à vivre en communauté et à travailler en groupe ce qui peut être utile dans notre vie professionnelle. Et enfin, être dans un internat d'excellence et en plus à Sourdun suscite de la curiosité : ceci peut être très utile lors des entretiens.


  5. Que recommanderiez-vous aux futurs élèves pour qu’ils réussissent ?

  6. Je leur recommanderai de ne surtout pas se décourager malgré les mauvaises notes, de se fixer des objectifs voire d’avoir des modèles pour rester motivés, et surtout de travailler régulièrement et parfois en groupes (à deux ou trois maximum) mais aussi de se concentrer sur les cours et non pas sur les "petites histoires", chamailleries qui peuvent avoir lieu à l'internat.

Johany REYAL promotion 2015 ECOLE INTEGREE : EM Normandie




  1. Quel est votre sentiment global suite à votre CPGE à Sourdun ?

  2. Mon sentiment global est extrêmement positif. Il l’était lors des deux ans de préparation, lors des résultats d’admission, et il l’est plus encore depuis que j’ai obtenu des témoignages de Gémiens sur les méthodes utilisées par leurs prépas d’origine pour les faire intégrer le Top 6. Culte de la compétition très poussé au sein même de la classe (les Chartreux, Lyon), fréquence de concours blanc en deuxième année quasiment intenable (Intégrale, assez nombreux à GEM). La plupart étaient terrifiés à l’idée d’une éventuelle année de khûbe, et vont certainement se relâcher cette année. Les élèves en double-cursus sont souvent ceux qui n’ont pas été bouleversés par l’histoire, la philosophie, les lettres ou les langues au point de ne plus jamais vouloir en entendre parler. N’oublions pas qu’une carrière est un marathon et non un sprint ! La CPGE à Sourdun, loin de m’avoir usé, m’a permis d’intégrer une très bonne école dans d’excellentes conditions de travail, tout en tirant les nombreux bénéfices de mes échanges avec les étudiants de ma classe (qui se poursuivront pour certains).


  3. Pensez-vous qu’il existe une plus-value particulière dans cette CPGE ? Si oui expliquez :

  4. La plus-value particulière dans cette CPGE réside d’abord dans l’ambiance générale de la classe, mais aussi dans la grande faiblesse des coûts de scolarité. Notons également que le format « Internat » proposé par Sourdun est un grand avantage par rapport aux autres prépas. Etre à moins de 5 minutes de la salle de cours et de la cantine est très pratique.


  5. Que recommanderiez-vous aux futurs élèves pour qu’ils réussissent ?

  6. Cette question est sans doute la plus délicate… Je dirais pour commencer qu’il y a autant de façon d’intégrer une école que d’élèves présents dans cette école. Chaque étudiant a ses particularités. L’étudiant doit, il me semble, connaître ses particularités et mettre cette connaissance de soi à profit de la réussite d’un examen qui, lui, est uniformisé. Je me souviens qu’en première année, notre professeur d’ESH nous avait dit que l’important, c’était d’être prêts le jour du concours. Cette formule résume très bien ce que je veux dire quand je dis que chaque étudiant a ses particularités, qu’il ne doit pas les nier mais en tenir compte dans sa manière de travailler. S’il a de fâcheuses tendances à la procrastination, il doit impérativement travailler en avance. S’il est mauvais en français, il doit être extrêmement attentif lors de ses relectures. Il est important de garder à l’esprit que de toute façon il est impossible pour presque tout le monde d’être focalisé sur tous les conseils que nous donnent les professeurs. Il faut assumer cette impossibilité et se concentrer sur les plus gros points faibles. Cela permet de ne pas être « frustré » et de garder un cap sans s’éparpiller. Je recommanderais également aux futurs élèves de beaucoup travailler sur les annales de mathématiques. Pour ceux qui préparent l’épreuve de maths de l’Edhec (top 10), le bouquin de Sylvain Rondy « 12 ans de sujets Edhec » est très bien fait (7 euros d’occasion chez Gibert jeune). Pour la philosophie, je recommanderais de lire les rapports, de sorte à s’imprégner de l’idée qu’il ne faut pas hésiter à aller beaucoup plus loin que les cours qui nous sont proposés pour atteindre une excellente note. A ce titre, Frédéric Laupies écrit chaque année un ouvrage pour « Major collection » d’une centaine de page où il travaille sur le thème avec une approche très théorique. Ce livre est compliqué mais propose des idées permettant d’aller au-delà du « ventre mou » du concours. En ESH, je recommanderais de ne pas hésiter à suivre les conseils de M. Vlna, c’est-à-dire ficher puis apprendre le cours, maîtriser la méthodologie de la dissertation, et apporter un soin particulier à la démonstration selon le mécanisme « idée, théorie économique puis exemple historique ». !

HOCHART promotion 2015 ECOLE INTEGREE : Grenoble Ecole de Management (GEM)




  1. Quel est votre sentiment global suite à votre CPGE à Sourdun ?

  2. Je ressens une grande fierté, vis-à-vis de l'engagement des professeurs, des efforts réalisés par l'Internat et du chemin parcouru par l'ensemble de la promotion 2015. Ces deux années se sont soldées par un bilan très encourageant et prometteur : un niveau global des élèves en constante augmentation, des sorties et activités périscolaires autant intéressantes qu'utiles et une organisation qui se perfectionne, reflétant l'investissement remarquables de certains professeurs. Enfin, c'est l'occasion d'en apprendre sur soi, sur les autres et d'appréhender le monde différemment tout au long de son parcours personnel et professionnel.


  3. Pensez-vous qu’il existe une plus-value particulière dans cette CPGE ? Si oui expliquez :

  4. La CPGE de Sourdun est unique à tous les niveaux; l'effectif réduit et l'isolement peuvent en témoigner. Toutefois, au terme de ces deux années, on peut réellement dire que l'enjeu en vaut la chandelle. Les inconvénients paraissent nombreux, mais les atouts le sont davantage. La vie en internat évite de perdre du temps et de l'énergie qui sont les clés d'une prépa réussie. De plus, tous les étudiants partageant le même mode de vie, un réel mouvement de solidarité et d'entraide se crée naturellement, améliorant ainsi la qualité du travail (Soutien le soir pour tout le monde par exemple). Enfin, la réelle plus-value reste la chance offerte à tous les étudiants motivés et possédant un potentiel, complétée par une proximité, une disponibilité et une écoute des professeurs défiant toute concurrence.


  5. Que recommanderiez-vous aux futurs élèves pour qu’ils réussissent ?

  6. Le piège dans lequel il ne faut pas tomber est de choisir ses cours à la carte, et de profiter de l'avantage de pouvoir rentrer dans sa chambre ou son studio n'importe quand. Un cours réalisé par un professeur expérimenté qui maîtrise parfaitement les exigences du concours ne peut être remplacé par un manuel, un cours sur internet ou un travail de recherche personnel. Il est primordial d'écouter leurs conseils, d'être assidu et de travailler très régulièrement pour avoir un rythme de travail soutenu, permettant de réussir brillamment le " marathon du concours ". Il n'y a pas de secret, il faut travailler !


  7. Autres commentaires :

  8. La CPGE de Sourdun s'inscrit dans un dispositif particulier, qui est celui d' "égalité des chances". Cela ne la restreint pas à un profil d'élèves en particulier , au contraire, la diversité (des origines, des milieux) en est la force. Par ailleurs, un lien fort commence à se créer dans cette toute jeune prépa avec les anciens élèves, diplômés ou encore en école. Nous sommes donc là pour témoigner de nos parcours, servir d'exemple et surtout vous soutenir et vous aider en cas de besoin. En somme, osez la prépa, osez l'excellence…

Nebia BELGOMRI promotion 2015 ECOLE INTEGREE : Neoma Business School (campus Rouen )




  1. Quel est votre sentiment global suite à votre CPGE à Sourdun ?

  2. La prépa à Sourdun est une bonne prépa, tant au niveau de l’ambiance que du suivi des élèves.
    Le TOP 10 est tout à fait envisageable avec de bonnes méthodes fournies par les professeurs et une rigueur qu’on s’impose à soi-même avec toujours l’aide précieuse et la bienveillance des professeurs.


  3. Pensez-vous qu’il existe une plus-value particulière dans cette CPGE ? Si oui expliquez :

  4. La plus value est sans nul doute le fait d’être à l’internat et que les professeurs y donnent du soutien : avoir une aide aux devoirs le soir est primordial dans toutes les prépas et pas toutes les prépas peuvent se le permettre. C’est une réelle opportunité qu’offre l’internat et les professeurs dévoués.


  5. Que recommanderiez-vous aux futurs élèves pour qu’ils réussissent ?

  6. Je leur dirais de bien travailler dès la première année car la 2ème année n’est pas une année complète et passe toujours trop vite. Il est important de se constituer des bases solides dès son entrée en prépa car à la 2nde rentrée, une grande partie de leur résultat au concours s’est déjà joué sur leur investissement en amont.


  7. Autres commentaires :

  8. Il faut rappeler aux élèves que c’est une chance d’avoir été admis à la prépa de Sourdun et qu’ils doivent mériter leur place. Les élèvent ne doivent pas oublier qu’ils ont autant de chance de réussir en venant de la prépa de Sourdun qu’ailleurs. Rien n’est joué d’avance et c’est à eux de décider ou ils veulent aller.

DIAWARA promotion 2015 ECOLE INTEGREE : EM Strasbourg





Questionnaires d’anciens élèves (années précédente)

Nos anciens élèves ont répondu à un questionnaire sur la PREPA à Sourdun.


  1. Quel est votre sentiment global suite à votre CPGE à Sourdun ?

  2. Une expérience personnelle très enrichissante. Elle m’a permis d’acquérir les méthodes de travail nécessaires et obligatoires pour réussir aux concours, mais aussi d’en apprendre sur moi-même, sur mes capacités et mes limites, ainsi que sur l’orientation que je voulais donner à mes études après celle-ci. Je retiens notamment les liens étroits noués avec mes anciens camarades de classe et professeurs, chose que permet l’effectif restreint de cette CPGE.


  3. Pensez-vous qu’il existe une plus-value particulière dans cette CPGE ? Si oui expliquez :

  4. Bien évidemment. La proximité avec les professeurs ainsi que les autres élèves donne cet esprit de famille à la CPGE de Sourdun qui constitue un réel atout en vue des concours en fin de seconde année. L’effectif restreint des classes permet notamment aux professeurs d’accompagner et d’expliquer de façon plus précise certaines notions du cours aux élèves. Enfin, cette expérience est généralement très appréciée des membres de jury lors des épreuves orales.


  5. Que recommanderiez-vous aux futurs élèves pour qu’ils réussissent ?

  6. Ne vous focalisez pas sur votre niveau au début, les admissions se font sur dossiers, donc si vous êtes là c’est que les professeurs ont vu en vous une personne capable de réussir aux concours. Concentrez-vous plutôt sur le niveau que vous pouvez atteindre au moment des concours. Travaillez tous les jours, ne négligez aucunes matières et n’hésitez surtout pas à solliciter l’aide de vos professeurs lorsque vous ne comprenez pas certaines notions.


  7. Autres commentaires :

  8. L’Internat d’excellence met à votre disposition des professeurs très compétents et présents pour les élèves, profitez-en. Enfin, la vie post-prépa en Ecole vous fera vite oublier ces deux années de dur labeur. Donc, COURAGE, cela vaut le coup

Tadjine Abderrahmane promotion 2014




  1. Quel est votre sentiment global suite à votre CPGE à Sourdun ?

  2. Intense et enrichissant.


  3. Pensez-vous qu’il existe une plus-value particulière dans cette CPGE ? Si oui expliquez :

  4. Vivre avec ses camarades de classe favorise le partage et l’opposition des idées. La proximité avec les salles de cours et la cantine permet de dormir plus longtemps. Le CDI offre un bon cadre de travail. Il y a aussi un beau synthétique et une salle de musculation.


  5. Que recommanderiez-vous aux futurs élèves pour qu’ils réussissent ?

  6. Travailler.


  7. Autres commentaires :

  8. Les profs sont cools.

Anis MARZOUGUI promotion 2012




  1. Quel est votre sentiment global suite à votre CPGE à Sourdun ?

  2. Positif, l’expérience de la CPGE a été très enrichissante, j’y ai appris beaucoup, pas seulement d’un point de vue scolaire ou sur les méthodes de travail, mais aussi sur moi-même, c’est-à-dire sur mes goûts ou mes aspirations futures. Le contexte particulier de Sourdun, en internat plutôt isolé, favorise aussi les rencontres humaines, et le fait qu’on soit en effectif réduit permet aussi une meilleure réussite pour ceux qui travaillent.


  3. Pensez-vous qu’il existe une plus-value particulière dans cette CPGE ? Si oui expliquez :

  4. Je reste convaincu du bienfondé d’un tel dispositif, s’inscrivant dans les mesures qui favorisent l’égalité des chances. Les effectifs restreints, l’engagement de certains professeurs, les amitiés qu’on peut créer dans cette structure réduite sont autant de facteurs qui favorisent la réussite des élèves.
    Je pense également que cette expérience est un atout formidable dans la réussite professionnelle, très vendeur lors d’entretiens notamment. C’est d’ailleurs entre autres ce qui m’a motivé pour rejoindre une école de commerce publique, sous tutelle du Ministère de l’Economie, afin de me constituer un parcours « full » égalité des chances.


  5. Que recommanderiez-vous aux futurs élèves pour qu’ils réussissent ?

  6. L’important est de prendre conscience de la progression possible sur presque 2 années. Lorsque vous arrivez en prépa, vous pouvez avoir beaucoup de doutes, sur votre capacité à réussir, sur votre niveau également, par rapport aux autres élèves de la classe. Mais un travail régulier, progressif, permet réellement d’arriver aux concours avec des moyens intellectuels et une capacité de travail très forts.
    Il ne faut donc pas voir en priorité son niveau lorsqu’on arrive en prépa, mais plutôt envisager le niveau que l’on aura au bout d’un an et demi, et sur les moyens à mettre en oeuvre pour atteindre ce niveau. En presque 2 ans, on peut se donner une toute autre dimension.


  7. Autres commentaires :

  8. C’est davantage une crainte que je souhaite exprimer ici. Ce qui fait la prépa à Sourdun, ce sont surtout ses professeurs, qui s’ils partent, pourrait changer la CPGE. Je sais combien cela peut être difficile de travailler à Sourdun, des contraintes sur la vie personnelle que cela occasionne, mais on a besoin de projets comme celui-là, qui permettent à des jeunes de se révéler. C’est l’engagement de certaines personnes, même à une échelle réduite, mais qui additionnée à d’autres initiatives, permettent de redonner un peu d’espoir.

John DINE promotion 2014